Santé+ Magazine

[Santé+ Magazine] C’est prouvé : les poêles antiadhésives pourraient rétrécir le penis des hommes

X
Nouvelle annonce

Une étude récemment publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism montre que des substances chimiques contenues dans le revêtement antiadhésif des poêles à frire entraineraient le rétrécissement du pénis chez les hommes.

Les chercheurs ont découvert que des produits chimiques, appelés PFC (Les perfluorocarbures, ou hydrocarbures perfluorés) peuvent interférer avec les fonctions du système hormonal chez les hommes et amener leurs organes sexuels à être sensiblement plus courts et plus minces.

Et cet effet ne se produit pas seulement dans l’utérus – il peut également interférer avec les adolescents en réduisant leur taux de testostérone.

Qu’est-ce que les PFC ?

Les perfluorocarbures sont des gaz fluorés et des composés halogénés gazeux ne contenant que des liaisons carbone-fluor (pas de liaisons CH) et des liaisons CC, mais également d’autres hétéroatomes.

Les PFC font partie d’une classe de produits chimiques dont les propriétés atomiques particulières ont été exploitées dans le but de rendre plusieurs objets de la vie quotidienne plus pratiques. Aussi, les PFC constituent le revêtement antiadhésif des ustensiles de cuisson, fournissant des surfaces hydrofuges, et antitaches pour les tissus et les moquettes, et sont utilisés pour fabriquer des emballages non gras pour les aliments gras. Pourtant, à l’instar de nombreux produits chimiques « miracles » découverts ou créés au XXe siècle, les PFC ont des effets très sinistres sur la santé.

Etude et résultats

Un nombre croissant de preuves a déjà été établi de manière assez convaincante que les PFC peuvent nuire au système reproducteur humain en interférant avec la signalisation hormonale et lors de la dernière enquête – et certainement la plus tangible – sur l’impact des produits chimiques, une équipe de l’Université de Padoue, en Italie, a constaté que les jeunes hommes qui ont grandi dans une zone où l’eau potable est contaminée par des PFC ont un pénis bien plus petit et un sperme moins mobile que ceux qui ont grandi avec de l’eau propre.

Allant un peu plus loin dans l’étude, le premier auteur Andrea Di Nisio et ses collègues ont utilisé une série d’expériences cellulaires en laboratoire pour fournir la première preuve directe que deux des PFC les plus courants, des composés appelés PFOA et PFOS, se lieraient facilement au récepteur de la testostérone et bloqueraient son activation.

Les PFC ont été liés au cancer de la vessie, ménopause précoce, faible poids à la naissance, fertilité réduite, problèmes de thyroïde, taux de cholestérol élevé et dysfonctionnement du système immunitaire.

Pour les hommes, l’exposition aux PFC dans l’utérus peut entraîner une augmentation des niveaux d’hormones féminines à l’âge adulte et la formation de pénis plus petits.

Les produits chimiques peuvent être absorbés dans le corps par la nourriture et l’eau, ou par la respiration. De là, ils pénètrent dans le sang et peuvent être toxiques pour le fœtus lorsqu’ils sont consommés par la mère, et pour les adolescents qui subissent d’énormes changements hormonaux.

Où se trouvent les PFC ?

Les PFC peuvent être trouvés dans de nombreux produits de la vie quotidienne, car ils ont tendance à les rendre plus pratiques et plus durables. En voici quelques-uns :

·         Enduit antiadhésif des ustensiles de cuisine

·         Emballages alimentaires

·         Assiettes en papier

·         Tapis résistants aux taches

·         Liquide lave-glace

·         Mousse anti-incendie

·         Vêtements imperméables

·         Colles

·         Produits cosmétiques

·         Médicaments

·         Produits d’entretien et de nettoyage

·         Cirages et cires

·         Insecticides

·         Peintures

·         Vêtements imperméables

·         Appareils électroniques…

Cet article C’est prouvé : les poêles antiadhésives pourraient rétrécir le penis des hommes est apparu en premier sur .

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: Psycho & Sexualité, Santé+ Magazine, sexualité
[Santé+ Magazine] Les femmes fortes ont besoin d’avoir dans leur vie un homme encore plus fort
Fermer