RFI - Priorité santé

[RFI - Priorité santé] Priorité santé – Peut-on parler d’une crise des opiacés ?

Festival D’Angoulême : histoire de la médecine
X
Nouvelle annonce
On connaît bien l’effet puissant et périlleux de la morphine. Moins les risques de   la codéine, du tramadol, de l’oxycodone, et du fentanyl. Dans un rapport publié en février dernier, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) observe une hausse des hospitalisations, intoxications et décès liés à la prise d’antidouleurs d’opiacés. Lorsque ces médicaments sont pris de façon chronique pendant plusieurs semaines, une dépendance physique peut s’installer. Les malades  sont le plus souvent des  personnes souffrant de douleurs aiguës, chroniques, de maux de dos.  Comment  éviter l’addiction à ces médicaments ?  Comment mieux prendre en charge ces patients ? Dr Carole Séréni, neurologue, ancien chef de clinique des hôpitaux de Paris et ancien chef de service de l’hôpital Léopold Bellan. Co-responsable de la consultation multidisciplinaire de la douleur chronique de l’hôpital Saint-Joseph à Paris. Auteure de l’ouvrage Douleurs chroniques et opiacés aux éditions du Cerf.Juliette Boudre, témoigne de l’addiction médicamenteuse de son fils. Auteure de Maman, ne me laisse pas m’endormir aux éditions de l’Observatoire Dr Jean-Louis Jon, psychiatre à l’Hôpital général de Douala au Cameroun. Spécialisé  en alcool et drogues

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: RFI - Priorité santé
[RFI - Priorité santé] Priorité santé – Épidémie d’Ebola en RDC
Fermer