Le Magazine de L'afrique

[Le Magazine de L'afrique] Macky Sall : Auspices favorables pour le second mandat

Microfinance: les ambitions de la faitière des caisses populaires
X
Nouvelle annonce

La réélection de Macky Sall semble refléter la confiance des citoyens dans sa gestion du pays. Quelles sont ses priorités aujourd’hui ? Juguler l’endettement, avant que les recettes pétrolières ne tombent.

Par Rafiq Raji

a bonne santé économique du Séné­gal a permis à Macky Sall d’être réélu pour un second mandat. Le taux de croissance du pays est passé de 5 % en 2012, l’année où Sall est devenu Président, à 7 % en 2017.

D’après les prévisions du FMI, cette dynamique pourrait se maintenir jusqu’en 2023. D’autant qu’à partir de 2022, la production de pétrole et de gaz devrait générer une croissance à deux chiffres.

Au coeur des ambitions de Macky Sall, figure la ville nouvelle de Diamniado, qui comprend une université, des maisons d’habitation à prix modérés, un centre industriel, des loisirs, et un aéroport d’un coût de 575 millions $.

Seule ombre au tableau, « la forte hausse de la dette du pays », relevée par Mark Bohlund, de Bloom­berg Economics, qui rappelle que « ces dernières années, le gouvernement a beaucoup emprunté pour profiter plus tard des flux de revenus que génère l’exploitation des ressources naturelles ».

Aussi, « la réduction de la dette sera-t-elle une priorité dans les années à venir », juge Mark Bohlund qui précise que « le gouvernement s’est engagé à juguler le déficit budgétaire en faisant passer ses recettes fiscales à 20 % du PIB, le taux fixé par l’Uemoa ».

Si le pays y parvient, « cela confirmerait sa fiabilité ; le Sénégal est l’un des rares pays africains dont les agences de nota­tion de crédit ont relevé la note : Standard and Poor’s a maintenu la notation du Sénégal à B+ en décembre dernier », indique-t-il.

De son côté, Adeline Van Houtte, spécia­liste Afrique à l’Economist Intelligence Unit à Londres, analyse les perspectives du pays après la présidentielle : « Macky Sall peut à présent mettre en oeuvre la deuxième phase de sa stratégie de développement économique. »

Bien sûr, « comme beaucoup d’autres chefs d’État africains, le Président a pu profiter de l’avantage d’être déjà au pouvoir, mais sa victoire est aussi due aux très bons résultats économiques du pays », estime l’analyste qui observe : « Néanmoins, le procès de Khalifa Sall, très populaire, et son exclusion des élections, ont déçu beaucoup d’électeurs. »

Aussi, « le Président devra-t-il restaurer la confiance dans sa gouver­nance, en particulier aux yeux des jeunes cita­dins et des médias ; il devra également recréer une relation avec les membres de l’opposition. »

Continuité de la politique

Encouragé par les excellents résultats économiques (la croissance du PIB a dépassé 6 % en moyenne entre 2014 et 2018), et avec l’exploitation de nouveaux gisements d’hy­drocarbures qui vont fortement augmenter les recettes de l’État à partir de 2021-2022, « le Président pourrait être tenté de se concentrer sur l’économie et négliger les réformes de gouver­nance ».

En effet, « Macky Sall va bénéficier d’une forte majorité au parlement, qui facilitera la mise en oeuvre de sa politique. Le gouvernement a dressé une liste de priorités pour la prochaine phase de sa stratégie de développement Plan Sénégal émergent (PSE), adoptée en 2014. »

Adeline Van Houtte rappelle que les vastes projets d’infrastructures ayant bénéficié de financements étrangers ont joué un rôle majeur dans la phase 1 du PSE. La phase 2 comprendra également des projets d’infrastructures ruraux, notamment la construction de 3 050 km de routes rurales et l’électrification de 675 villages.

« La deuxième phase mettra également davantage l’accent sur la hausse de la produc­tivité, l’amélioration des services sociaux et la réduction de la pauvreté. Une réunion de bail­leurs de fonds en décembre a permis de mobi­liser 13 milliards d’euros de promesses d’aide – doublant le niveau de l’assistance étrangère par rapport à la première phase du PSE. La France s’est montrée particulièrement généreuse, s’en­gageant à verser 1,5 milliard d’euros. »

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: Afrique de l'Ouest, Dakar, ECONOMIE, En Couverture, Le Magazine de L'afrique, Lundi 15 avril 2019, Macky Sall, Par Rafiq Raji, Second mandat
[La Nation] Protection de la façade maritime et des postes frontaliers terrestres: Prévenir les crimes maritimes et la pêche illégale
Fermer