Le Magazine de L'afrique

[Le Magazine de L'afrique] Algérie : Entre espoir et méfiance

Algérie : Entre espoir et méfiance
X
Nouvelle annonce

La population algérienne craint que l’armée, qui s’est construit un rôle dans la destitution d’Abdelaziz Bouteflika, ne lui vole sa victoire. Si aucune figure politique ne suscite l’unanimité, la détermination à mettre fin au régime reste entière. 

Alger, Samia Lokmane-Kelil 

Les Algériens se sont réveillés avec un profond sentiment de délivrance, le 3 avril 2019. Le président Abdelaziz Bouteflika, dont ils demandaient le départ depuis des semaines, a démissionné. Son apparition à la télévision, affaibli et tendant d’une main hésitante sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz, n’a aucunement attendri la population qui est sortie défiler dans les rues, de nuit, pour fêter l’événement. 

L’armée est dans le collimateur. On la soupçonne de vouloir prendre les rênes du pouvoir, comme en Égypte après la révolution de 2011. La méfiance est d’autant vive que l’état-major a soutenu jusqu’au bout la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat.

« Une première victoire, précieuse, mais incomplète », nuance Rachid, un médecin algérois qui a entraîné femme et enfants, dans toutes les manifestations depuis le 22 février dernier, pour réclamer le départ du système, sous le slogan « yrohou gaa » (ils doivent tous partir). 

Dans la liste des « tous », figure le personnel politique qui a transité au pouvoir depuis la première élection de Bouteflika à la tête de l’État, en 1999 : sa famille, dont son influent frère conseiller, Saïd Bouteflika, les partis politiques qui lui ont fait allégeance, les organisations satellitaires que son régime a choyées avec des subventions, les commis de l’État ayant permis à la corruption de prospérer et la caste des hommes d’affaires, enrichie grâce à des marchés publics frauduleux. 

Quel rôle pour l’armée ? 

Ali Haddad, le plus controversé, est déjà en prison. Comme le reste de la population, Abdallah Benadouda craint que l’homme d’affaires déchu, et beaucoup d’autres dans sa situation, ne servent de lampistes pour un régime qui entend se régénérer. 

Algérie Entre espoir et méfiance

« Si c’est pour qu’un nouveau clan se venge d’un autre, non merci. Ce n’est pas vraiment ce que je veux et ce n’est pas non plus ce que veulent les Algériens », a réagi l’ancien journaliste de Dzair TV, sur son compte Facebook. Voici quelques années, Haddad l’avait obligé à quitter la chaîne de télévision dont il est le propriétaire, après avoir censuré une de ses émissions. 

L’armée est dans le collimateur. On la soupçonne de vouloir prendre les rênes du pouvoir, comme en Égypte après la révolution de 2011. « Bouteflika a transformé les institutions en cour personnelle, Ahmed Gaid Salah veut se les approprier », analyse Karim Tabou, ancien premier secrétaire du FFS et un des fers de lance du mouvement populaire. Appelant les Algériens à la vigilance, il rappelle que Gaid Salah, le chef d’état-major de l’armée, avait soutenu la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat. « Toute cette gérontocratie carriériste qui a squatté la vie institutionnelle doit partir. Il ne reste qu’un seul mandat à la médiocratie : le mandat d’arrêt ! », tranche Karim Tabbou. 

Lors de la première marche du vendredi qui a suivi le départ de Bouteflika, les manifestants à Alger et dans les autres villes d’Algérie ont réitéré leur principale revendication : la fin du régime et le départ de toutes ses têtes d’affiche. 

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: AFRIQUE, Alger, Algérie, crise, Jeudi 02 mai 2019, Le Magazine de L'afrique, Maghreb, POLITIQUE
[Actu Bénin] La Cour à l’œuvre pour la proclamation des résultats
Fermer