La Nation

[La Nation] Partenariat Ppaao/Centre Songhaï : 100 jeunes déscolarisés aguerris en entrepreneuriat agricole

X
Nouvelle annonce
Partenariat Ppaao/Centre Songhaï : 100 jeunes déscolarisés aguerris en entrepreneuriat agricole

Cent jeunes déscolarisés formés en entrepreneuriat agricole ont reçu, ce mercredi 21 novembre, leurs parchemins après six mois de formation au Centre régional Songhaï de Porto-Novo, pour contribuer à booster l’agriculture et la sécurité alimentaire au Bénin. Cette initiative est à l’actif du Projet de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, financement additionnel, (Ppaao/Fa) sous l’égide du Programme cadre d’appui à la diversification agricole (Procad).

L’entrepreneuriat agricole béninois bénéficie de cent nouveaux jeunes techniquement et psychologiquement au point. Ils ont renforcé, pendant six mois au Centre régional Songhaï de Porto-Novo, leurs capacités techniques, morales et organisationnelles, pouvant leur permettre de faire facilement face aux défis d’installation et de gestion de leurs micro-entreprises sur le terrain, et de créer ainsi de la richesse et de l’emploi. Ces cent jeunes dont vingt-cinq femmes, tous déscolarisés, ont eu droit à cette formation sous régime internat, grâce au Projet de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, financement additionnel de la Banque mondiale, (Ppaao/Fa). Ceci, sous l’égide du Programme cadre d’appui à la diversification agricole (Procad). Ils ont reçu ce mercredi 21 novembre, leurs parchemins matérialisant la fin de leur formation et le début d’une nouvelle ère dans leur aventure d’entrepreneurs agricoles. Chacun d’eux a suivi deux spécialisations dans les domaines tels que le maraîchage ; la culture vivrière ; la transformation agroalimentaire; la pisciculture; l’agroforesterie; l’artisanat; la production des poulets chair et autres volailles; la nutrition animale; l’élevage des bovins et des caprins; la cuniculture ; la production de porcs et la provenderie. Ils ont également élaboré un dossier de micro-projet; chacun dans son domaine de spécialisation.
Ce qui est certain, grâce à cette formation, ces cent jeunes déscolarisés issus de onze départements du Bénin à l’exception du Littoral, qui étaient voués à un avenir incertain, peuvent se frotter les mains. Ils ont désormais toutes les chances de sortir des griffes du chômage qui les guettait. Ce programme vise en effet à préparer ces jeunes à devenir des producteurs-leaders et de véritables entrepreneurs agricoles capables de créer et de gérer efficacement leurs micro- entreprises.

Promotion modèle

Le directeur général du Centre régional Songhaï, Godfrey Nzamujo, se dit fier de cette promotion. Selon lui, ces jeunes l’ont agréablement marqué de par leur sérieux, leur discipline, l'abnégation dont ils ont fait preuve et leur détermination tout au long de la formation. Il les considère comme des œufs fertiles qui vont éclore pour donner des poussins et ensuite des poules fortes qui vont nourrir tout le Bénin. Godfrey Nzamujo loue le multi-partenariat entre le Procad et son centre, estimant, toutefois, avoir joué sa partition en assurant la formation de ces jeunes déscolarisés. Pour lui, le reste du travail, c’est-à-dire le suivi des lauréats n’est plus sa seule affaire. Cette mission de suivi et d’assistance revient non seulement au Ppaao/Procad mais aussi au gouvernement afin que ces jeunes deviennent de véritables entrepreneurs agricoles capables de créer et de gérer leur propre entreprise et de contribuer ainsi au développement du Bénin.
Le chef projet Ppaao, Virginie Assogba Miguel, pour sa part, s’est voulue rassurante. Elle a promis aux lauréats que le projet jouera sa partition jusqu’à terme. En effet, le Ppaao s’engage à acquérir une partie des équipements dont auront besoin ces jeunes sur le terrain, puis à réaliser les infrastructures pour faciliter leur installation afin de leur permettre de mettre en œuvre ce qu’ils ont appris en matière d'entrepreneuriat, d’économie verte, et assurer le développement durable. Se voulant plus concrète, Virginie Assogba Miguel rassure ces jeunes que les micro-projets qu’ils ont proposés seront examinés dès la semaine prochaine. Ainsi, le point des équipements dont ils auront besoin sera fait pour que soit vite enclenchée la procédure de passation des commandes. Les équipements une fois acquis, le Ppaao passera sur le terrain pour procéder à l’installation des jeunes. Virginie Assogba Miguel les a invités à apprêter les sites pour faciliter la mise en œuvre des projets. Elle n’a pas manqué de prodiguer de conseils aux récipiendaires. Elle les a surtout invités à ne pas se laisser aller au défaitisme.

Eviter le défaitisme !

Une fois de retour chez eux, ils doivent démarrer avec les moyens de bord afin de ne pas oublier ce qu’ils ont appris pendant les six mois de formation. Les Agences territoriales de développement agricole (Atda) représentant aujourd’hui des ex-Carder au niveau des départements peuvent leur être très utiles sur le terrain s’ils se rapprochent d'elles en cas d’éventuelles difficultés. Aussi, le chef projet Ppaao invite-t-elle les parents à accompagner leurs enfants afin que l’engouement et la détermination notés à la formation soient capitalisés, faisant d'eux des entrepreneurs aguerris contributeurs d'une croissance durable et favorable à la réduction de la pauvreté en milieu rural au Bénin.
Par la voix de leur représentante, Rachelle Adonsi, les récipiendaires promettent de ne pas décevoir, ni trahir la confiance placée en eux par le Ppaao/Procad qui leur a fait confiance suite à 339 dossiers de candidatures reçus. Ils se disent tous fiers d’avoir pris part à cette formation qui les a transformés psychologiquement et techniquement et leur a inculqués une autre façon de faire l’agriculture, surtout celles biologique et écologique. Ce qui leur offre de nouvelles opportunités agricoles et fait d’eux de potentiels créateurs de richesse et d’emploi. Les lauréats remercient le Procad, le Ppaao, le centre régional Songhaï et le gouvernement béninois qui ont favorisé l’organisation de cette formation. «Nous quittons Songhaï mais nous portons l’esprit Songhaï en nous », fait savoir Rachelle Adonsi pour témoigner tout l’engagement de ses collègues à capitaliser les connaissances théoriques et pratiques reçues à travers les cinq composantes du centre Songhaï alliant agriculture, agro-industrie, nouvelles technologies agro-écologiques, et respect de l’environnement?

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: La Nation
[La Nation] Santé des yeux dans le Mono: Rotary club de Cotonou centre sauve quarante malades de la cataracte
Fermer