La Nation

[La Nation] Incendie sur le parc de l’usine Sodeco de Parakou: Le coton non encore évacué mis en péril par le ras-le-bol des camionneurs

X
Nouvelle annonce
Incendie sur le parc de l’usine Sodeco de Parakou: Le coton non encore évacué mis en péril par le ras-le-bol des camionneurs

Le feu a eu raison, dimanche 11 février dernier à Parakou, de quatre camions chargés de coton et en stationnement sur l’un des parcs de l’usine de la Sodeco. Plus de 72 heures après, l’origine de l’incendie est loin d’avoir été élucidée. La plupart de leurs camions attendant d’être déchargés depuis près d’un mois, les transporteurs commencent par donner de la voix.

Des camions chargés de coton ont brûlé, dimanche 11 février dernier à Parakou, sur l’un des parcs de stationnement de l’usine de la Sodeco. Outre l’ensemble de leurs chargements estimé à plus de 100 tonnes qui est parti en fumée, quatre d’entre eux ont été réduits en des amas de ferrailles, sous le regard impuissant des conducteurs présents. N’eût été l’intervention des soldats du feu, il y aurait eu plus de dégâts enregistrés.
Plus de 72 heures après le sinistre, les conducteurs et les propriétaires des camions stationnés sur le parc de l’usine continuent de crier leur ras-le-bol. « Je suis venu de Kérou, il y a près d’un mois », explique un conducteur qui a requis l’anonymat. Un autre déplore que leurs camions soient plutôt devenus des magasins pour le coton. «C’est un parc où les camions chargés de coton destiné pour cette usine doivent stationner. Il ne s’agit pas d’une auto-gare. Malheureusement ils n’ont pas prévu de l’eau. Il en aurait eu sur les lieux, que les dégâts ne seraient pas si importants», poursuit-il. Tout en courroux, il confie que le prix du gasoil a augmenté au moment où celui du transport du coton a connu une diminution. Aussi, défie-t-il, l’un quelconque de ses collègues qui, dans cette situation, aura réussi à constituer un dépôt de 500 000 F Cfa.
La plupart de leurs camions attendant d’être déchargés depuis près d’un mois, les transporteurs commencent par donner de la voix. Une telle situation n’est pas de nature à arranger le retard qu’accuse déjà l’évacuation du reste du coton encore dans les champs et les marchés autogérés vers les usines.
Regrettant de s’être engagés, certains camionneurs avouent ne pas être surpris, s’il y a encore le coton dans les champs et les marchés autogérés. Avec l’augmentation du prix du gasoil, la campagne ne leur paraît plus rentable. Ils craignent également de voir leurs camions bloqués pendant des jours à Parakou, au niveau de l’usine de la Sodeco.
Selon les sources informées, les quatre camions calcinés sont tous assurés. Ce qui suppose le dédommagement de leurs propriétaires. Seulement, l’origine de l’incendie n’est pas encore connue.
Il y a un an, plus précisément le vendredi 17 février 2017, toujours dans la même usine, 48 tonnes de coton étaient parties en fumée. Les deux camions à bord desquels elles étaient chargées, n’avaient également pas été épargnés. A l’époque, c’est un court-circuit provoqué par la batterie d’un camion dont le conducteur effectuait des manœuvres, qui était à l’origine du drame.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: SOCIETE
[La Nation] Remise de lots pour la campagne Boa Epargne 2017: Des bons d’achat de 2 millions F Cfa offerts aux clients
Fermer