Actu Bénin

[Actu Bénin] Tranfèrement du député Atao:Les clarifications du Procureur de la République

Cop24:Les négociations sur le climat avancent difficilement
X
Nouvelle annonce

Suite aux rumeurs suscitées par le transfèrement du député Mohamed Atao Hinnouho de sa salle d’hospitalisation vers sa cellule à la prison civile de Cotonou, le procureur de la République, Gilbert Togbonon, est sorti de son silence. C’est au cours de l’émission « Actu matin » de la chaîne de télévision Canal 3 Bénin qu’il a apporté des clarifications lundi 14 mai 2018.

Mohamed Atao Hinnouho séjourne depuis dimanche 13 mai 2018, à la prison civile de Cotonou. La mise en exécution de la décision de la justice fait couler beaucoup d’encre et de salive. C’est pour mettre fin à la l’intoxication que le procureur de la République, Gilbert Togbonon, est intervenu au cours de l’émission « Actu matin » de Canal 3 Bénin. A ses dires, Atao Hinnouho a actuellement deux procédures pendantes devant le Tribunal de première Instance de Cotonou. « L’une devant le juge d’instruction pour laquelle la levée de son immunité a été sollicitée et l’autre devant le juge des flagrants délits pour des infractions douanières », a-t-il déclaré. L’invité de Tanguy Agoï a indiqué que l’état de santé de l’élu de la 15ème circonscription électorale n’entache en rien la mise en exécution du mandat de dépôt émis contre lui. « Au lendemain de la déclaration qui fait la lumière sur son certificat médical, la procédure sur le flagrant délit a pris corps. C’est pour cela qu’il est placé sous la surveillance du régisseur de la prison civile. Nous sommes dans une structure où chacun a son rôle.


Le procureur de la République a rempli son office. Il revient au régisseur de la prison de civile de faire le sien », a-t-il indiqué. Revenant sur les conditions dans lesquelles le transfert du député a été fait, contrairement aux allégations, le procureur a laissé entendre que cela s’est déroulé dans les règles de l’art. « Le débat ne se fait pas au niveau de la presse, mais au prétoire. Si quelqu’un n’est pas satisfait, il n’a qu’à saisir les tribunaux», a-t-il conclu.

Mohamed Yasser Amoussa (Stag)

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: Flash Info
[Actu Bénin] Port de casques et contrôle des pièces des engins:Des conducteurs indélicats appréhendés
Fermer