Le Magazine de L'afrique - Business

[Le Magazine de L'afrique - Business] Coralie Omgba (Lifestyle Magnates Place) : « Le marché du luxe en Afrique représente 6 milliards de dollars »

Coralie Omgba (Lifestyle Magnates Place) : « Le marché du luxe en Afrique représente 6 milliards de dollars »
X
Nouvelle annonce

Le salon consacré au luxe en Afrique se tiendra les 12 et 13 juin à la Tour Carrée-Yacht Club de Genève avec notamment la présence de personnalités et d’experts qui ont une audience professionnelle internationale et qui sont issus du monde économique, des affaires et de l’industrie du luxe. Coralie Omgba l’initiatrice explique tout.

Par JO

Après deux sessions à Paris, le salon consacré au luxe en Afrique s’installe pour la seconde fois à Genève. Pourquoi ?

La ville de Genève est une place incontournable en matière de luxe. Y tenir un évènement en rapport avec le luxe à tout son sens. De plus, c’est dans cette ville que toute mon aventure a commencé.

Ne tournez-vous pas ainsi le dos au continent en choisissant Paris, puis Genève ?

Absolument pas ! Il s’agit simplement d’une question de pragmatisme. Il faut noter que les décideurs du luxe international sont bien souvent basés en Europe. Ma démarche est également dans un premier temps de les sensibiliser et de les informer sur place sur les avantages du marché africain du luxe.

« L’idée est de croiser des univers à forte valeur ajoutée autour de l’émergence économique du continent dans le but de favoriser des synergies potentielles de travail », assure Coralie Omgba.

Pour la suite, on avisera. Cela dit, j’ai la chance de voyager sur le continent, d’y faire de magnifiques rencontres et d’y organiser des événements dont celui qui vient de se dérouler en mars à Kigali sur le secteur luxe.

Au vu de votre expérience, quelle sera ou pourra être la tendance du secteur du luxe en Afrique dans les années à venir ?

Il est indéniable que dans les années à venir, il faudra compter sur le tourisme de prestige, la philanthropie et le Made in/By Africa. C’est clair que la tendance sera attractive tout en se bonifiant. Plus que jamais, c’est le moment maintenant de s’intéresser à ce secteur.

Vous avez lancé le concept du Super Yatching. En quoi consiste-il ?

Coralie Omgba pour le développement du luxe en Afrique

L’idée est de révéler le potentiel du continent. Je préfère ne pas en dire plus, car cette thématique sera justement analysée au cours de la conférence avec la présence de l’un des meilleurs « broker » au monde de yachts de luxe.

Les intervenants à votre conférence sont des banques privées, les spécialistes du milieu d’affaire et du secteur de luxe de niche. C’est élitiste, est-ce un choix assumé ?

C’est évidemment un choix décomplexé qui résume ma définition du luxe : la discrétion, le savoir-faire, le savoir-être, l’exclusivité, la discipline et la sagesse.

Concrètement les 12 et 13 juin à la Tour Carrée-Yacht Club de Genève, comment vont se décliner les différentes interventions ? A quoi devra-t-on s’attendre ? 

Les interventions prendront la forme de conversations avec, par exemple, une intervention exclusive du président de la chaîne hôtelière de prestige « Relais & Châteaux » qui expliquera son implantation dans la région subsaharienne.

« Le marché du luxe en Afrique représente 6 milliards de dollars par an avec plus de 177 000 HNW africains (personnes de haute valeur) vivant et produisant sur le continent et au-delà », révèle Coralie Omgba.

L’idée est de croiser des univers à forte valeur ajoutée autour de l’émergence économique du continent dans le but de favoriser des synergies potentielles de travail.

Pensez-vous réellement que les Africains sont globalement enclins à entendre la chanson du luxe, alors qu’ils n’ont pas de quoi vivre ?

L’Afrique prospère tout en relevant ses challenges au quotidien. Elle est donc légitime de parler de luxe. Tout dépend de la manière dont le luxe est véhiculé. Je pense que le véritable luxe est conscient, engagé, subtile. Il ne se voit pas à l’œil nu ou sur les réseaux sociaux, il se vit.

L’objectif est d’élaborer des stratégies Win/Win pour créer des richesses afin d’impacter positivement la vie des gens. Le marché du luxe en Afrique représente 6 milliards de dollars par an avec plus de 177 000 HNW africains (personnes de haute valeur) vivant et produisant sur le continent et au-delà.

Le marché est jeune, voué à croître selon les analyses économiques. Le luxe peut et doit jouer un véritable rôle en termes d’écosystème socio-économique.

Au-delà des apparences, en France, par exemple, le secteur du luxe crée plus de 600 000 emplois directs 1 million d’emplois indirects et représente 1,7% du PIB du pays. Imaginez donc un instant les résultats possibles pour un pays comme le Nigeria ou le Rwanda.

En 2015, vous avez mis en place la plateforme Lifestyle Magnates Place. Que visiez-vous ?

A l’ère du digital, j’avais envie de partager ma vision du monde et mon héritage à travers des thématiques qui m’animent. Mais je n’avais absolument pas idée de la tournure que ça allait prendre. Les rencontres peuvent véritablement rebattre les cartes du destin d’où la naissance de la plateforme Lifestyle Magnates Place.

De vos propres propos, l’Afrique a un vrai potentiel en matière de niche de luxe. Il s’agit précisément de quoi ?

Il s’agit notamment des métiers de l’artisanat et d’orfèvrerie, la gastronomie, les pièces d’art ancien et moderne.

Aujourd’hui, dans votre entourage on parle de plus en plus de votre style « outside the box », que revendique-t-il ?

Sans doute mon impertinence, mon discours et ma personnalité non aseptisé. Je vais tout le temps à contre-courant.

Quelles pourraient être les retombées pour le continent dans tout ce que vous être en train de faire.

Donner le courage à d’autres de concrétiser leurs aspirations. Poursuivre une vision.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: ABF, African Business, AFRIQUE, Coralie Omgba, France, Genève, Le Magazine de L'afrique, Lifestyle Magnates Place, luxe, Salon, Samedi 01 juin 2019
Rose-Marie Bouboutou-Poos (journaliste, écrivaine) : « J’étais en colère, révoltée contre Dieu… »
Fermer