Le Magazine de L'afrique - Business

[Le Magazine de L'afrique - Business] Bill & Melinda Gates : Les jeunes Africains éduqués et en bonne santé façonneront le monde

Inde-Afrique Les moyens d’une géo-économie
X
Nouvelle annonce

Dans cet article rédigé spécialement pour les lecteurs de African Business, Bill et Melinda Gates expliquent combien l’Afrique reste jeune alors que la population mondiale vieillit. Ils estiment que ce facteur peut être un atout pour l’Afrique et pour le reste du monde. Pour exploiter ce potentiel, la jeunesse africaine, notamment les filles, doit avoir accès à l’éducation et aux soins de santé – deux moteurs essentiels de la croissance économique.

Entretien avec Bill & Melinda Gates

Le monde d’aujourd’hui ressemble-t-il à ce que vous aviez imaginé il y a dix ans ?

Oui et non. D’un côté, le monde dans l’ensemble continue de faire les progrès que nous espérions voir. De nombreuses tendances observées il y a une dizaine d’années se poursuivent. Moins de personnes meurent de maladies évitables. Plus de filles vont à l’école chaque année.

Plus d’enfants atteignent l’âge adulte. En Afrique subsaharienne, le nombre d’enfants qui meurent avant l’âge de cinq ans a chuté de 32 % entre 2000 et 2017.

D’un autre côté, des événements imprévus ont changé le monde comme personne ne l’avait imaginé. En 2018, année des surprises, il semble que la transformation ait été encore plus profonde : on a déploré des catastrophes naturelles particulièrement dévastatrices ; un nombre record de femmes se sont présentées à des élections aux États-Unis.

Si l’Afrique subsaharienne investissait dans sa jeunesse, la région pourrait doubler sa part de la main-d’œuvre mondiale d’ici à 2050, améliorant la vie de centaines de millions de personnes.

L’avantage des surprises, c’est qu’elles incitent souvent à l’action. Quand on s’aperçoit que la réalité ne correspond pas à ses attentes, on ne l’accepte pas.

Voici 25 ans, une surprise a transformé le cours de notre vie. En lisant le journal, nous sommes tombés sur un article qui nous a profondément choqués : des centaines de milliers d’enfants mouraient de diarrhée dans les pays pauvres. Cette révélation a tout bouleversé. Nous nous sommes dit que, peut-être, nous pourrions faire quelque chose.

Cette prise de conscience a permis de cristalliser nos valeurs : nous croyions en un monde où l’innovation profitait à tous – où aucun enfant ne mourait d’une maladie évitable. Nous avons pris conscience que les inégalités étaient criantes.

Dans notre lettre annuelle, nous distinguons neuf éléments qui nous ont surpris. Certains nous ont permis de voir qu’il fallait remettre en cause le statu quo, comme le fait que la collecte de données pouvait être sexiste et ne tient souvent pas compte des femmes et des jeunes filles.

D’autres montrent qu’une transformation est en cours, comme le fait que les livres d’école deviennent obsolètes en raison des nouvelles technologies.

Le monde vieillit, l’Afrique reste jeune…

L’une des surprises que nous avons mentionnée trouve un écho particulier dans des pays comme le Nigeria, l’Éthiopie et le Kenya : l’Afrique est le continent le plus jeune. Tandis que le monde vieillit, l’Afrique – et surtout l’Afrique subsaharienne – reste jeune. L’âge médian dans le monde augmente.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: African Business, AFRIQUE, Bill Gates, Décideurs, Entretien, Le Magazine de L'afrique, Melinda Gates, Mercredi 20 mars 2019
[Le Magazine de L'afrique] Akinwumi Adesina (BAD) : « L’Afrique avance à grands pas »
Fermer