All

Renault reste-t-elle une bonne opportunité boursière ?

Renault reste-t-elle une bonne opportunité boursière ?
X
Nouvelle annonce

Plus que le résultat des élections européennes du week-end dernier (qui, dans le fond, ne change pas vraiment la donne), l’annonce d’un projet de mariage entre Renault et Fiat Chrysler (FCA) constitue assurément LA news de ce début de semaine. Et même de cette fin de mois…

Dans deux articles diffusés hier dans ces colonnes (accessibles ici et ), mon confrère Philippe Béchade s’est attaché à disséquer cette information que la communauté financière ne pouvait anticiper. Des modalités du projet en passant par l’énumération exhaustive de précédents fâcheux.

Reste qu’au vu du comportement boursier des deux titres hier (l’un et l’autre ont grimpé de 17/18% à l’ouverture), le marché a clairement dit « oui » à cette fusion. Même Bercy, qui détient 15% du capital du constructeur français et a de facto son mot à dire, y semble favorable.

Un projet alléchant

La perspective de créer l’un des trois plus grands groupes automobiles du monde en termes de ventes et celle de 5 Mds€ de synergies promises dans les six années à venir ont il est vrai de quoi séduire, le tout sans la moindre fermeture de sites. Mieux vaut néanmoins que la croissance ne cale pas dans les années à venir et que les acheteurs d’automobiles soient au rendez-vous, sans quoi cette jolie promesse volera très certainement en éclats…

Pour l’heure, cette annonce n’est pas sans me rappeler le rapprochement entre Arcelor et Mittal (on se souvient tous des propos de Nicolas Sarkozy autour du site lorrain de Florange), et plus récemment les discussions relatives à General Electric lors du rachat de la branche Energie d’Alstom. Or, dans les deux cas, les engagements de préservation des emplois ont malheureusement été « mis à mal » du fait d’un environnement devenu plus difficile…

Nissan sera-t-il le dindon de la farce ?

Pour en revenir au projet de rapprochement entre Renault et FCA, la réaction de Nissan doit également être considérée, sachant que le constructeur japonais prenait un avantage certain dans l’alliance avec son homologue français depuis le « débarquement » de Carlos Ghosn. Or, il va sans dire que les cartes pourraient être passablement rebattues en cas de deal avec FCA.

Hasard du calendrier (ou pas), le nouveau président de Renault Jean-Dominique Senard participera demain à une réunion avec les dirigeants de Nissan au Japon. Alors que cette rencontre était prévue de longue date, bien avant l’officialisation d’un rapprochement potentiel avec FCA, on peut se demander si ce projet ne constituera pas un moyen de pression pour redéfinir la situation capitalistique de l’Alliance (NDLR : pour l’heure, la participation de Renault dans Nissan est de 40%, le constructeur nippon détenant pour sa part 15% de la marque au losange) ?

De mon côté, je dois vous avouer que le timing de sortie de cette annonce est rageant. Et pour cause : comme je vous le disais dans un article récent, Renault était l’un des titres qui figurait dans ma « focus-list ». Pas plus tard que vendredi dernier, dans mon traditionnel compte rendu hebdomadaire, voici un extrait de ce que j’envoyais à mes abonnés au service BAQPRO :

Je pense en premier lieu à Renault. Certes, le newsflow est médiocre et les perspectives de bénéfices moindres pour 2020 (ce qui risque de conduire le management à réduire le dividende) ont douché les investisseurs. Reste que sous les 50 €, je pense que nous nous positionnerons à l’achat avant le 18 juin. Pourquoi le 18 juin ? Eh bien parce qu’à cette date, un dividende de 3,55 € sera détaché, soit un rendement de 7,5% très appréciable.

Sauf que l’envolée de plus de 18% de l’action hier à l’ouverture est bien sûr venue rogner nettement le rendement immédiat… Comme quoi, cela m’apprendra à vouloir trop chercher le « point d’entrée parfait », sous peine de manquer ce type d’opportunités.

Le profil du futur super-ensemble Renault/FCA se dessine… en Hollande

Soyez le premier informé des dernières news de La Bourse au Quotidien directement dans votre boîte mail

L’article Renault reste-t-elle une bonne opportunité boursière ? est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: action Renault, Actions, Alstom, ARCELOR-MITTAL, Big caps, Carlos Ghosn, fiat-Chrysler, General Electric, Indices, sociétés et marchés, IPO, OPA, opérations financières, Jean-Dominique Senard
Les taux grecs atteignent un plus bas historique suite à la défaite de Tsipras aux européennes
Fermer