All

Plongeon des taux sous les niveaux d’alerte rouge de la crise de 2008

Plongeon des taux sous les niveaux d’alerte rouge de la crise de 2008
X
Nouvelle annonce

Les marchés obligataires sont tétanisés par le risque de récession associé à une guerre commerciale tous azimuts telle que semble la désirer Donald Trump.

Alors que des planchers annuels ou historiques ont été inscrits en fin de matinée, les chiffres publiés à 14H30 ne changent rien à la situation, même s’ils rassurent un peu.

Les revenus et dépenses des ménages américains pour le mois d’avril ressortent au-dessus des attentes : selon le Département du Commerce, les dépenses ont augmenté de 0,3% en avril (contre 0,2% attendu) et les revenus de +0,5% (contre +0,3% anticipé). 

Le rendement du T-Bond à “10 ans” reste proche des  2,17%, soit une décrue de 107 points de base par rapport à novembre (3,24 %) – 4 crans plus bas que ce qui était anticipé il y a 6 mois – et il se retrouve au plus bas depuis septembre 2017.

Le rendement allemand de 10 ans s’inscrit à -0,21% : il vient d’établir, certes à la marge, un nouveau record du plus bas rendement de l’Histoire, contrecoup logique de la chute de 2% des dépenses de consommation en Allemagne au mois d’avril (contre +0,1% attendu).

Etats-Unis : La confiance des consommateurs fait un bond inattendu ce mois-ci

Soyez le premier informé des dernières news de La Bourse au Quotidien directement dans votre boîte mail

L’article Plongeon des taux sous les niveaux d’alerte rouge de la crise de 2008 est apparu en premier sur La Bourse au Quotidien.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: Allemagne, crise de 2008, États-Unis, krach, marché obligataire, Statistiques et données macro
Trump envoie les marchés dans le mur
Fermer