All

En vérité : Bonne nouvelle pour Cotonou

X
Nouvelle annonce

Les nouvelles sont bonnes. A l'instar de Albert Tévoèdjrè qui a poussé un ouf de soulagement au terme des travaux de la Conférence nationale en prononçant cette phrase célèbre : « nous avons vaincu la fatalité », les Cotonois pourront à leur tour, à moyen terme, clamer qu'ils ont vaincu les inondations. A ce sujet, la volonté affichée par le gouvernement se passe de commentaire. Cette noble ambition est à la mesure du problème à résoudre. Située en dessous du niveau de la mer, la ville de Cotonou est naturellement disposée à subir les affres des eaux. Mais la mauvaise politique publique en cours depuis des décennies avec l'intensification des actions favorisant les inondations répétées et leurs corollaires ont fini d'enterrer les espoirs des populations de vivre dans un cadre assaini. Compte tenu des actions d'envergure à exécuter et surtout des moyens colossaux à mobiliser pour maîtriser le phénomène, l'Exécutif n'a pas été jusque-là en mesure de prendre le taureau par les cornes.
Patrice Talon a juré changer la donne et les indices tendent à lui donner raison. C'est ainsi que son gouvernement a conçu le projet d'assainissement pluvial de Cotonou dont la mise en œuvre réclame des centaines de millions de dollar, ce qui équivaut à plusieurs dizaines de milliards de fcfa. Très vite, la stratégie de mobilisation a été lancée. C'est ainsi que la Table ronde de Paris organisée par le Bénin en janvier 2018 a porté ses fruits. Pour l'heure, sur les 430 millions de dollars de promesses obtenues, 300 millions sont déjà acquis. A ce rythme, le reste le sera probablement dans des délais raisonnables. La Banque mondiale, la Banque européenne d'investissement et la Banque ouest africaine de développement (Boad) ont misé respectivement 100 millions de dollar, 50 millions d'euros et 20 milliards de fcfa. Le Conseil d'Administration de l'Association internationale de développement (Ida) vient à son tour de mettre dans la caisse du projet un crédit de 100 millions de dollars, soit 60 milliards de fcfa.
Il est attendu à présent 100 millions de dollars de la Banque islamique de développement et 40 millions de dollars de l'Agence française de développement (Afd). A priori, au vu de ces prouesses, le financement espéré est presque bouclé. C'est donc une phase importante de ce projet d'envergure qui se ferme tout doucement pour que démarre une autre. L'aboutissement de tout ce processus étant le démarrage et l'achèvement des travaux tels que annoncés. Ce projet vise donc à drainer plus de 2/3 de la superficie de la ville de Cotonou. En somme, il reviendra aux entreprises et techniciens chargés de la mise en œuvre de réhabiliter les exutoires naturels, de faire le dragage des couloirs d'écoulement des eaux, de construire de nouveaux collecteurs primaires dans les bassins, d'aménager les canaux naturels et de conforter les berges. Au total, il est attendu une action efficace sur 34 bassins versants.
Sur papier, le projet évolue à pas de géant. Mais sur le terrain, la situation reste inchangée. Il faut croire qu'à moyen terme, les peines et difficultés d'aujourd'hui ne seront plus que de lointains souvenirs. La vitrine du Bénin dont l'aspect est rébarbatif à bien d'égards prépare sa toilette. La concrétisation de ce projet la fera sortir du lot des villes africaines qui subissent de plein fouet les affres de la montée des eaux. En soi, ce serait une grande avancée et il faut déjà féliciter les gouvernants pour ce qui est fait dans ce sens. Vivement que tout ceci ne s'arrête pas en si bon chemin afin que dans quelques petites années l'eau et la commune de Cotonou ne fassent plus bon ménage. Avec les travaux du projet asphaltage en cours, c'est évident que le changement en terme d'embellissement sera radical.

Cliquer pour lire la publication originale sur le site de l'auteur.

La majorité des publications de ce site provient d'autres sites dont les contenus sont relayés. Leurs auteurs et les sources d'origine sont précisés à chaque fois. Par ailleurs, en continuant votre session, vous acceptez que nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.Ok

TAGS: beninecho
Atelier de cadrage des activités du Pran : L’Anip annonce la reconstitution des actes de naissance sans souche
Fermer